Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Extrait du commentaire de
Puissance et misère

Si ce n'est pas encore fait, lisez « Puissance et misère » avant de lire la suite de cette page.

216. Isonnetwoosh
Un sonnet régulier en vers de trois syllabes. Tous les vers contiennent neuf signes (lignes isocèles). En comptant les retours à la ligne, les 14 vers totalisent 140 signes, ce qui en fait un « twoosh » (l'absence de retour à la ligne après le dernier vers est compensée par celui qui sépare les quatrains des tercets).

Revenir au texte Voir le commentaire complet