Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Vers anancogrammes

Gilles Esposito-Farèse

Précédent : Verlan Un avatar au hasard Suivant : Vers-libriste

Letras de un Desdichado

Un Déshérité vocal

Je suis le ténébreux, — l'amer, — l'inconsolé,
Le prince de Gascogne à la tour abolie :
Ma seule étoile est morte, — et mon luth constellé
Porte le soleil noir d'une Mélancolie.

Dans l'ombre du tombeau, toi qui m'as consolé,
Rends-moi ce Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où la vigne à ces roses s'allie.

Être Amour ou Phébus ?... Lusignan, duc Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la reine ;
J'ai rêvé dans la crypte où nage la sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
Conviant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la sainte et les cris de la fée.

Joe Curtis de Nerval


Chaque vers contient au moins une fois les 11 lettres les plus courantes en français : ESARTINULOC.


El Desdichado de Kuwait

Le Drawback

Je suis l'âme en break-down, — le veuf, — l'inconsolé,
Le prince new-yorkais à la tour abolie :
Tout kilowatt est mort, — et mon luth constellé
Porte le K-way noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du network, toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Mont de Kaw et la mer d'Italie,
Le kiwi qui plut tant à mon cœur désolé,
Et la treille où la rose au whisky se rallie.

Suis-je Amour ou Phébus ?... Karl Schwarzschild ou Biron ?
Mon wok est rouge encor du baiser de la reine ;
J'ai rêvé du snowpark où glisse la sirène...

Et j'ai franchi deux fois en rickshaw l'Achéron :
Modulant le patchwork, sur la lyre d'Orphée,
De gwokas de la sainte et de cris de la fée.

Gérard Labrunswick


Chaque vers contient les deux lettres les plus rares en français, K et W.


© Gilles Esposito-Farèse – 2018