Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Irrationnel

Pierre Lamy

Précédent : Inversé Un avatar au hasard Suivant : Isocèle

Voir aussi :
Transcendant

Je suis un sonnet Pi, tout neuf, oulipolé.
On m'dit en Aquitaine un poil olé-olé,
torché par un rimeur sur un coup de folie.

On me prétend irrationnel !

Un coup à vous plonger dans la mélancolie !
Bof, de ce sobriquet je me suis consolé
dans une teuf d'enfer, au son d'l'ukulélé,
du côté de Biron, à l'issue d'un rallye.

On me prétend irrationnel !

Si ça vous fait plaisir, OK mon colonel.
Mais ce n'est pas du tout ce que pense la Reine !
Et comme dit souvent ce veinard de Lionel,
qui nagea dans la grotte avecque la Syrène,
n'y voyez rien de personnel.


Je suis le Ténébreux, le Veuf, l'Inconsolé.
Lorsque me prend l'envie folâtre d'emballer,
je drive vers le club le plus chic d'Aquitaine :

à « La Tour abolie ».

On y joue du tam-tam et de l'ukulélé.
Tous les barbons y vont courir la prétentaine.
Hélas il faut raquer, passé la septantaine
et je reviens de plus en plus inconsolé

de « La Tour abolie ».

Ma psy ma conseillé l'aquariophilie.
Je reçois des poissons d'Égypte ou d'Italie.
Mais cette thérapie n'a rien de Rock-en-Roll.
Et sous un soleil noir, plein de cholestérol,
je ne puis qu'écluser mon spleen jusqu'à la lie.


Un sonnet irrationnel, également appelé oulipolée, comporte 14 vers, comme un sonnet classique, mais le nombre de vers par strophe suit les premier chiffres du nombre irrationnel π : 3, 1, 4, 1, 5. On trouvera plus de détails sur le site de l'Oulipo.


Je suis la Pauwésie. Un type un peu fêlé
— connu dans le vingt-neuf pour sa mélancolie
depuis qu'en vill' la cornemuse est abolie —
m'a sortie de l'abîme au son d'l'ukulélé.

Sur un malentendu, je suis venue au monde
au sein d'un microcosme où la contrainte abonde
et qui répond au nom classieux* d'Oulipo.
Du coup, mon inventeur, à l'âme vagabonde,
loue l'irrationnel* qu'on doit à van der Pauw.

Puissé-je un soir rougir du baiser de la Reine,
évoqué joliment par El Desdichado,
et causer de la Grotte où nage la Syrène.

Puissé-je aussi, peut-être, inspirer les ados
qui brûlent de jouer à la bête à deux dos.

* Faire la diérèse


Ce poème repose sur le même principe que le sonnet irrationnel mais au lieu de suivre les chiffres de π le nombre de vers de ses strophes suit les chiffres de la constante de Van der Pauw : π/ln(2) = 4,532... Tout comme pour π, les premiers chiffres de cette constante ont pour somme 14, le nombre de vers d'un sonnet.


© Pierre Lamy – 2020

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://graner.name/nicolas/desdi/irra respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 19/07/2020.