Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Soixante-huitard

Patrice Besnard

Précédent : Singletons Un avatar au hasard Suivant : Solaire

Voir aussi :
Anagramme
Anagramme versifiée
Anagrammes
Couples anagrammatiques
Couples anagrammatiques 2
Diabolique
Dorien
Gaullien
Haïkus anagrammes
Morale élémentaire anagrammatique

Le désir de chaos

Le contrarié

Tu es halo, — extra, — tant déifié.
Roi à féaux et distant Léthé,
Aux fats a dit, — thrène étoilé :
« Fiat lux, ô astre haï d'entêté ! ».

Et à rituel de Thanatos fixé,
Toi hâtif, à eux rends ta Télé,
Hôte a fleuri et dix ans tâté,
Rose te fait haut index talé.

Es-tu fêlé à intox ?... Trahi, daté ?
Adieux, front hâlé et attisé ;
Ta naïade, flux sitôt éthéré...

Et la rue, — et dix fois t'a hanté :
Tête sotte, d'air faux inhalé,
Tantôt d'élixirs, ta fée a hué.

N. Hervé & G. Néral


Ce sonnet dans lequel un soixante-huitard s'adresse au général De Gaulle fait partie d'un recueil de textes publié pour le cinquantenaire de Mai 1968, intitulé Soixante-huit, art de la fête ?. Les vers sont tous des anagrammes de ce titre, et donc tous composés des mêmes lettres.


Le dahu, ciao !

Le renversé

Dahu filant, — rote et extasie,
Hôte d'État, tisane à frileux :
Fat hué tôt, — ex-star enlaidie,
Astre falot en était hideux.

Lui Thanatos extra te défie,
Et toi flatté, haï, rends à eux
Art existant de haute folie,
Rose et titan, dahlia et feux.

Es-tu d'inox ?... Halte à ta fierté !
Tiède hiatus à front exalté ;
Naïade, flux et sotte trahie...

Et la rue et... dix fois t'a hanté.
Sa loi attend, t'a fixé, heurté :
Tenté, dahu fait axel*... sortie !

É. Satourne – S. Adéval

* Axel : en patinage sur glace, figure avec une rotation d'un tour et demi, fatale pour un dahu !


Autre version du sonnet précédent, qui évoque le départ du Général en respectant la même contrainte anagrammatique. Celui-ci présente de plus une forme classique avec des vers comptés (tous de 9 syllabes césurés 4/5) et rimés, au prix d'un sens peut-être moins limpide.


© Patrice Besnard – 2018