Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Acrosémantiche

Alexandre Carret

Précédent : Aconsonantisme initial Un avatar au hasard Suivant : Acrostiche

Voir aussi :
Acrostiche
Acrostiche diagonal
Acrostiche double
Acrostiche final
Acrostiche interne
Acrostiche morse
Acrostiche par mots
Acrostiche phonétique
Acrostiches internes multiples
Double acrotéleuton

Herbe et Dipcadi

Gesse -uis le ténébreux, — l'
Euphorbe -eau veuf, — le
Radis -eux inconsolé, le prince de Castell-
Anémone -arque d'Aquitaine mig-
Reine-des-prés -sif à la tour abolie : Ma seule étoile, polaire, que
Digitale -ienne est morte, — et mon luth
Doronic -kel constellé porte le soleil noir et l'
Erine -assouvi de la Mélancolie. Dans la nuit du tombeau, troufig-
Narcisse -ombre, toi qui m'as consolé, Rends-moi le Pausilippe
Epilobe -scure mer d'Italie, La fleur de
Renoncule -ysse cueillit jadis et qui plaisait tant à mon cœur désolé, Et les
Vesce -tiges de la treille où le pampre à la rose s'allie. Suis-je Mél-
Ancolie, Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ? Mon front est rouge encor du câ-
Lin et du baiser de la reine ; J'ai rêvé comme un
Liondent la grotte où nagent les
Adonis -ois et la sirène à la
Barbe-de-bouc,
Reine-des-bois -sons alcoolisées... Et n'ayant rien à envier, question all-
Urosperme -atozoïdes, j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron : Modulant tour à tour sur le
Nombril de vénus et sur la l-
Iris -panique d'Orphée Les soupirs de la sainte en gu-
Epiaire et les cris de la fée.

Géranium nepalense


La première lettre de chaque ligne donne en acrostiche le nom Gérard de Nerval Labrunie. Le premier mot de chaque ligne est un nom de plante accompagné d'un calembour, qui permet de lire : Je suis le ténébreux, — le fort beau veuf, — le radieux inconsolé, etc. On trouvera d'autres exemples de constructions similaires sur le site de l'auteur.


El Desdichado rit fort

Araignée du matin au soir, ténébreux prin-
Cepphis d'Anjou, pleurant ma très aimée tentat-
Rhysse cannelle -undi treize mai d'un térat-
Omophron contracté juste après une min-

Scopula -tion, j'ai éprouvé de grands chagrins
Épeire -du le goût de vivre, celui des pâtes
Mite -onnées à Pausilippe et celui des at-
Acarien n'y comprendre ! Suis-je à jamais un

Nymphe -érieur ? Un morpion de Pubis ? J'ai emprun-
Téléphore -tes pentes du fol espoir qui at-
Isodonte des notes inconnues.* Sur un

Charançon temps, j'ai vendu des citrons, cyprins,
Hespérie -des, silènes, sirops à l'eau, pât-
Écailles, soupe irlandaise et bagues d'or fin.

Gerridae Nervosa

* Lire : « ...fol espoir qui attise, aux dontes, des notes inconnues... ». Une donte est le corps ou la caisse d'un luth.


Cette fois le mot en acrostiche est « acrosémantiche » et le champ lexical celui des petites bestioles. De plus, les vers de 12 syllabes et le schéma des rimes font de ce poème un sonnet.


© Alexandre Carret – 2021