Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Mètre à bord

À bord du grand navire embarque un vieux poète,
Un vrai chanteur jamais en mal d'un nouvel air.
De partout les marins viennent et lui font fête,
En tout temps ses chansons se répandent en mer.

Si content de l'entendre envoûter homme et bête,
On reprend ses couplets où notre esprit se perd.
La douceur dans le cœur et le bien-être en tête,
On perçoit les attraits de la langue qu'il sert.

À chaque strophe il cède une onde bonne à boire,
À chaque vers il offre un signe pour nous tous,
À chaque mot sa voix entre plus chaude en nous.

La vigie même entonne un tendre hymne à sa gloire.
On laisse ainsi l'esquif aller par le plus court
Droit au cap d'où, sournois, un noir récif accourt.


À bord du grand navire embarque un vieux poète.
Un air de fête en mer ? Si bête, on perd la tête !
On sert à boire à tous. À nous la gloire ! On court
Droit au cap d'où, sournois, un noir récif accourt.


Voir le commentaire

Nicolas Graner, , Licence Art Libre