Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Sans la nommer

J'ai guinché d'un pas vif quand tomba la Bastille,
Disculpant l'humain fou jusqu'à rugir : bravo !
Dieu ! Marianne est jolie, qu'un bonnet phrygien coiffe...
J'ai vu, grand beau chant neuf, l'épique Marseillaise
Faire embrocher jadis aux piques vingt cocardes
Tels des coqs : ergots fiers, jambes plantées, bravaches !
Prends, chômeur efflanqué, bourgeois, jeune ouvrier,
Le fameux drapeau bleu, blanc, rouge — et qu'on vous juche !
Jugeant pendable et vil qui s'acharne et diffame,
J'absous qui, comme Hugo, Ferré, veut parler d'elle.


Voir le commentaire

Nicolas Graner, février 2016, Licence Art Libre

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://graner.name/nicolas/OULIPO/nommer.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 15/08/2020.