Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Une douce chose

« Parce que ctait lui, parce que ctait moi »
Disait jadis Michel parlant du cher Étienne.
Ils s'aimèrent jusqu'à ce que la mort survienne,
Comme Louise et Thelma mettant l'Ouest en émoi.

Jamais on ne croisait Oreste sans Pylade ;
Indira pour Maggie était un réconfort ;
Georges dans ses chansons mit les copains d'abord
Quand d'aucuns préféraient le nom de camarade.

Par sa forte devise, après lgalité
La République appelle à la fraternité
Mais dès longtemps la Reine avait sa confidente.

Que m'importent les mots que l'on choisit parmi
Tendresse, sympathie, attachement, entente
Et vingt autresseul compte un véritable ami.


Voir le commentaire

Nicolas Graner, avril 2018, Licence Art Libre

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://graner.name/nicolas/OULIPO/douce.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 15/08/2020.